"Tout pour vous faire repérer!"

Située en première page d'un service de casting accessible directement depuis le site de la chaine télévisée française TF1, j'ai trouvé le slogan de cette bannière particulièrement évocateur lorsque je pense aux efforts mis en oeuvre par les autorités européennes dans la lutte contre la pédophilie.

Petite visite guidée des lieux...


La recherche

Sans m'être authentifié ni avoir fourni une quelconque information sur mon identité de "recruteur", je me dirige vers le formulaire de recherche.



Rôle: figurante ou modèle
Age: entre 8 à 13 ans
Sexe: féminin
Pays: France
Options: avec photos à l'appui

Ni une ni deux, la "liste des artistes" s'affiche, avec plus de 60 résultats proposés sous la forme d'un catalogue de "produits". Il m'est même possible de spécifier des détails tels que la couleur des cheveux, des yeux, le poids ou encore l'origine ethnique de la petite candidate:



Il ne me reste plus qu'à naviguer dans les multiples pages de profils. L'on y croise comme demandé, des jeunes filles âgées de 8 à 13 ans, habitant tous départements. Toutes proposent plusieurs photos "artistiques" accessibles au public, certaines s'identifient même avec leur vrai nom (...).


Le profil

Curieux, je clique. Je m'attends à tout moment à devoir montrer patte grise (n'en demandons pas trop) mais non, je peux cliquer sur les profils, comme me le montrent les captures ci-dessous du profil de L., âgée de 12 ans, "modèle":



Ville et département, description physique et langues avec lesquelles il est possible de communiquer.

D'autres onglets sont proposés, en particulier l'accès aux photos, dont une en tenue particulièrement adaptée à l'occasion, et, cerise sur le gâteau, en grand format prêt pour impression:





Le contact

Il ne me reste plus qu'à entrer en contact avec le profil. C'est ici qu'intervient enfin le premier processus de contrôle. Après avoir rempli sagement mes coordonnées les plus exactes et justes:



Il m'est possible de payer, par carte de crédit, pour obtenir l'accès au sésame:



Bien entendu, un numéro de carte de crédit volé sur un site mal sécurisé ou via un ordinateur domestique infecté par un cheval de Troie feront l'affaire et m'assureront un anonymat entier lorsque j'enverrai mon premier message à L.


Conclusion


Je l'admets, ce billet à un caractère quelque peu sordide. Toutefois, je reste convaincu que certaines choses doivent être dites afin que des personnes à qui il ne viendrait jamais à l'idée de consulter un tel site puissent être rendues attentives à ce genre de dérives.

Ces enfants sont particulièrement exposés à des personnes perverses: le site propose des représentations de personnes mineures, en tenue parfois découverte. Je crois même que selon les lois en vigueur en Suisse, je suis actuellement dans une situation illégale par rapport aux images que mon navigateur vient de télécharger (sans même mon accord direct, mais ceci est un autre sujet).

Je tiens également à porter les lecteurs attentifs à deux autres éléments, l'un étant plutôt positif, l'autre, négatif.

1) Un paiement par carte de crédit est requis pour compléter l'inscription au site. Ce moyen étant généralement inaccessible aux mineurs, il est fortement probable que ces fiches ont été créées par les parents de ces enfants.

2) Une recherche sur les profils d'enfants âgés de 0 à 15 ans et résidant en Suisse n'a retourné qu'une seule fiche. La fiche contient une description détaillée d'une "modèle", un nom d'emprunt et aucune photo n'est accessible via l'accès public.

Bravo, c'est déjà ça de gagné sur nos voisins! ;)


La suite de ce billet...oh et puis non, il n'y a aura pas de suite, la rédaction de ce billet donne déjà assez la nausée. A bon entendeur.


Note 1: les visages et les noms sur les photos des profils représentés dans ce billet ont été floutées par mes soins.

Note 2: je fournis l'adresse du site sur demande, il suffit de cliquer sur le lien de contact situé dans le menu de navigation de ce blog.